J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mercredi 26 décembre 2007

mère


on n'a plus de questions
on apporte un présent
on le pose sur la table
on sourit

à l'écoute de nos doigts
qui se ressèrent
et des mots tendres
que l'on gratte
jusqu'au sang

et ce que l'on dit
est si peu
de ce que l'on voudrait
on bute sur
les gris

3 commentaires:

vma a dit…

espoir
déchu
continuellement

attendre
ce qui devrait
mais ne vient

se contenter
du peu
pour un Tout

estourelle a dit…

passer de l'autre coté du miroir
chercher celui qu'on était
ne voir plus rien
que la peur
de l'anéantissement
quand la joie
d'être est partie

Laura a dit…

peu et peur
on marche entre les deux