J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

lundi 21 avril 2008

Ecriture


Ce n'est pas moi qui vais vers le poème, c'est lui qui vient vers moi. Cela commence par un son, un rythme, une image et j'ai soudain le désir, l'espérance d'écrire un poème. Je ne sais d'où surviennent ces sensations inattendues, je vois seulement qu'elles sont en mouvement et que, pour les retenir, je dois me faire mouvant comme elles. Je m'avance dans la pesanteur et la liquidité des mots, j'entre dans leur jeu. J'entrevois que si je parviens à quitter mes chemins battus je pourrai, par attirances et dissociations, assonances et dissonances découvrir entre eux des convenances et des ruptures qui me sont encore étrangères.

Henry Bauchau :L'Ecriture à l'écoute (Actes Sud)

1 commentaire:

Estourelle a dit…

"Je m'avance dans la pesanteur et la liquidité des mots"