J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mercredi 28 mai 2008

amitié




le jour se fendilla de souvenirs
nous avons marché
d'un fil à l'autre

entre les haies de nuit
nous avons retardé
l'horloge de nos vies

sur les dalles de pierre
c'est l'écho d'une amitié
qui résonna

et dans les couloirs du vent
nos voix ont crié
le désir d'être

3 commentaires:

Estourelle a dit…

beaucoup de mes amis sont venus des nuages !!!

den a dit…

le désir d'être...nous l'avons ressenti ensemble à l'aube de notre vie d'adulte...nous avons cherché chacun avec passion un chemin pour être...démarche exigeante... nous vivons aujourd'hui et le désir d'être ne s'est pas éteint...le désir d'être ne s'éteint pas...?

Anonyme a dit…

Pourvu que ce désir ne s'éteigne pas de sitôt...et qu'on puisse continuer à le partager.
Laura