J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

samedi 17 janvier 2009

Anniversaire

je me souviens
du mur à franchir
il y a juste un an

il manquait
un rien
de souffle

du poids du corps
on sonde
le silence

face à l'absence
on fore
ces riens qui restent

extraire
la stèle
de ce quelle fut

du bout des doigts
caresser
les rais de lumière

et dresser
le corps du poème
contre l'oubli





sur le seuil
des suites d'instants
je suis là

tramée de toi



Sa chanson



3 commentaires:

Estourelle a dit…

La chanson émeut aux larmes...
le silence n'est pas le silence les larmes non plus!
mais pourtant je n'ai qu'un peu de silence à partager !
Mais tu comprendras!

Michelangelo a dit…

J'ai lu anniversaire, j'ai écouté Core N'Grato, mais je ne suis pas triste, je sens le vide en moi, le vide de l'absence sur lequel défilent les petites lumières des souvenirs…

Merci

Michelangelo

Laura a dit…

Merci Estourelle et Michelangelo d'avoir partagé un peu de ce qu'elle fut