J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mardi 17 février 2009

mémoire


4 commentaires:

Azalaïs a dit…

toujours ces merveilleuses couleurs dorées
ton poème me parle parce que ma mère tenait un café restaurant; je détestait cet endroit et il me tardait vraiment d'en ouvrir les portes, mais moi, c'était à l'intérieur que je voyais l'amer

Laura a dit…

J'avoue humblement que j'aime bien ma photo! Et si cela résonne c'est encore mieux!

balaline a dit…

Les bulles de chagrin
Lentement s'élèvent
Pour se perdre
Dans l'or de tes rêves

Laura a dit…

Merci Balaline: très joli regard...