J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

jeudi 12 février 2009

souffle




à petit souffle
il y a
un crépuscule
qui ne sait pas encore
l'étreinte
de la nuit

à petit souffle
les écailles d'un soir
dans le regard
et les doutes
qui oscillent
sur les ocres éreintés


à petit souffle
un songe
fossilisé
murmure
à la surface
du miroir

2 commentaires:

Azalaïs a dit…

l'image illustre magnifiquement ton poème! un instant suspendu entre le jour et la nuit, entre le ciel et l'eau,un moment que l'on voudrait tant retenir mais qui passe si vite!
on voudrait tant à cet instant là faire partie de ce tout mais on n'embrasse que du vide!
bises

Laura a dit…

Photos et textes en interaction le plus souvent possible. Entre les deux va le poème.
Merci de ta fidélité.