J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mercredi 23 septembre 2009

entre




près de la fenêtre
entre le dehors
et le dedans

on voudrait passer
la lisière
à pas légers

mais on attend
le jour qui se déploie
au bord des toits

et déja
l'aube du soir
serrée entre les doigts

4 commentaires:

Bifane a dit…

Ces fenêtres chargées d'histoire, et d'autant de vies, ouvertes vers l'horizon ou vers le ciel, comme pour sublimer l'ailleurs... C'est étrange comme elles ont l'air de n'être plus là que pour nous murmurer dans l'âme qu'il faut continuer...

Estourelle a dit…

Comment voir le bleu du ciel s'il n'y avait un cadre pour le délimiter...

Laura a dit…

...continuer à regarder le bleu coûte que coûte...

suomii a dit…

Parfait le jeu des assonances. Suomii