J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mardi 2 novembre 2010

Regard 37

Je n'ai pas cru au jour la première ce matin. J'ai laissé s'échapper ces instants de songe où tout est encore possible. Je pose mon regard sur les branches hautes de l'arbuste à baies rouges qui poussent en toute indépendance, fines, aériennes, et non encore alourdies du poids des fruits qui entrainent les autres branches vers la terre. Elles ondulent sous l'air léger de cette matinée qui s'annonce lumineuse. Un merle se pose sur l'arbuste, prend son petit déjeuner tout en surveillant autour de lui les dangers potentiels. Il ne s'attarde pas. Je ferai comme lui: j'ai déjà les couleurs du jour entre les doigts.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Très belle, cette phrase m'emporte...

agnès

Laura a dit…

Merci de ta fidélité Agnès....