J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mardi 11 janvier 2011

Regard 48

On guette la bannière bleue qui donnerait au jour l'élan pour enjamber le temps. Mais le gris s'est emparé du ciel et pousse son monde vers les recoins de la terre où s'arc-boutent les berceaux. On scrute la goutte d'eau au bout de la branche et l'on attend sa chute. Le plan est ralenti. On se croirait dans une photo tant l'immobilité prend à la gorge. Une langueur stérile d'où s'est absenté l'écho.. Les mots s'engrisent. Le passage d'un freux distend cette atmosphère avant qu'une pluie continue et sonore déchire l'image et domine la terre.

2 commentaires:

brigetoun a dit…

exactement rendu

maia a dit…

Enjamber le temps...
Quelques lignes qui nous rappellent la lenteur.
Merci
Et à bientôt
Maia