J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mardi 7 juin 2011

Venise 2

 On n'en revient pas sans une forte empreinte. Il flotte au fond de l'oeil le reflet d'un bonheur que l'on a su saisir, le rouge d'une passion dont on ressent l'emprise, une sorte de feu immergé en éclats...On erre  dans les calle, on s'abreuve à l'étoffe de l'air, on se laisse enlacer par les rets de la ville. On ne résiste pas, on s'abandonne , on ne se reconnait plus, on se perd. On se trouve. Ainsi est la puissance de Venise la magicienne: et l'on sait sans l'ombre d'un doute que l'on y reviendra.
                                   
                                                                                            





3 commentaires:

Ange-gabrielle a dit…

Magnifiques ces reflets de Venise

Marie, Pierre a dit…

1) J'ai eu peur, un moment que tu ne reviennes plus.
2) JE TE CHERCHAIS UN PASSAGE de Venise ô ma jolie, mais il s'est noyé dans la masse ou dans la nasse des livres nouvellement émigrés dans ma bibliothèque
3) préfèrerais-tu le reflet à la réalité non déformée ? enfin, je dis ça...

Laura a dit…

Mais suis-je vraiment revenue...