J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mardi 20 septembre 2011

Va-t'en va t'en



Metz-Nancy par l’autoroute. Encore une fois, mettre la bande originale du film De battre mon coeur s’est arrêté. Sentir les basses, les graves, tout ce qui vient cogner, tout ce qui peut vibrer, tout ce qui me fait pénétrer rythme, tempo. Je suis à nouveau très speed. Puis je repense au film, au personnage qui passe sans cesse d’un état à un autre. Des voix. Puis du piano. Mais rien n’est apaisé. Le décalage est créé. Je me souviens de ça, de ses fantômes, son expérience de la mort, le deuil, la musique mêlée à la mort, l’absente, sa mère, la présence des mains, ce lent chemin vers l’acceptation de soi, vers l’amour aussi et cet effort pour quitter la peau du passé, pour aller du dedans vers le dehors, et à la fin, se sortir de soi quand le père meurt.

Christophe Grossi "Va t'en va t'en c'est mieux pour tout le monde" ( éditions Publie.net)

Un écho de ce livre sur le blog de Christophe Sanchez
Enregistrer un commentaire