J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

vendredi 9 mai 2014

aux aguets

L'œil aux aguets à fendre la pénombre, dépecer l'arcature de la nuit, déshabiller le drapé nocturne et pesant par un flux de photos donnant sans doute l'impression d'être maître du temps. Deviser ainsi avec ses faces cachées en cherchant à faire parler l'ange obscur accoudé sur la margelle d'un puits, les yeux perdus sur un ciel qui ne dévoile rien. Tutoyer l'ombre pour deviner la lumière.




4 commentaires:

Ange-gabrielle a dit…

Que tes images et ton texte me font rêver ... Hier 8 mai, Alain Veinstein recevait Marcelin Pleynet pour son dernier livre "L'étendue musicale". Il a bp été question de Venise dont parlent 6 de ses ouvrages.

Laura- Solange a dit…

Je l'ai lu à Venise....et un texte va suivre sur ce blog!
Merci pour le rêve qui vogue jusqu'à toi.

Patrick Lucas a dit…

"Tutoyer l'ombre pour deviner la lumière"
un bijou
merci

MARTY a dit…

dans l'ombre de la nuit, les lumières ne se perdent pas !
les images sont magnifiques