J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

lundi 20 octobre 2014

instant sculpté






















ce qui s'écrit entre deux battements de paupières c'est le cri de l'instant, c'est l'appel d'un lieu qui a lieu d'être, c'est le poids d'un souffle à peine expiré. un rideau se déchire qui délie l'œil plissé en un psaume chorégraphe de voix de parenthèses. les voiles dévoilés des allitérations se découpent en lanières de langues.
Enregistrer un commentaire