J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mercredi 4 février 2015

Extraction 8

confinée, une tisane de serpolet au bout des doigts, être dans ce rien du temps qui grignote, debout derrière la vitre à guetter les mésanges et le rouge-gorge cherchant leur survie entre les arbres nus, la journée passe et dehors la neige ne cesse pas , s'installer alors devant l'autre fenêtre celle où s'ouvre un peu du monde où je ne vais pas, et lire que faire de l'ombre c'est sauver quelqu'un, une manière de préserver l'intime…


extractions et remodelage de notes de la semaine du 17 au 23 janvier

3 commentaires:

Patrick Lucas a dit…

comme si le temps
voulait donner l'illusion
de s'être figé

Ange-gabrielle a dit…

Quel suspense ... extraction n°8 qui apparaissait depuis plusieurs jours et jouait à cache-cache, te voilà enfin dans ta poésie intimiste

MARTY a dit…

la poésie imagée
une sensation de chaud et froid
à la fenêtre de l'hiver