J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mardi 14 mars 2017

hors d'atteinte


Au fourmillement des branches qui tentent d'épouser le bleu, il faudrait pouvoir répondre par un buvard teinté des signes du matin , une fois affûtés les doigts rouillés et pauvres. Les yeux clos sur sa cartographie intérieure, suivre la dérive des mots en pays d'aube, délier les langues des lisières pour qu'ici commence  un ailleurs, même dérisoire. Avancer lentement au travers du rien que l'on sait, écouter le ressac des mots qui irisent les doigts, deviner le ciel et le bout de sa peine dans l'énigme des heures. Aller à rebours du temps pour habiller le souffle .
Enregistrer un commentaire