J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

vendredi 12 mai 2017

Hodie, ombre


instants du temps accostés, lianes entrelacées de souvenirs, souffle aveugle entre méandres des murmures et fumées de pensées sauvages, dense mémoire en remous avec des images délivrant des lambeaux de vie aux limites floues, archives incertaines sans début ni fin, tiroirs de nuit ouverts, paroles qui vacillent entre source de lumière et poussière d’ombre, désordre de trop de pailles au travers de l’œil, peur d’oublier tout un jour, ce qui se consume et ce qui fait socle, ce qui n’est rien et ce qui est tout, alors forcer le regard le couper le blesser l’inciser au rouge s’il le faut
Enregistrer un commentaire