J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

samedi 30 septembre 2017

Hodie, traces



Seules les traces font rêver*: c'est par ces craquelures que l'œil est aimanté et oublie les entours. les blanches blessures au liseré bleu grattées comme les écorces de platanes quand des cartes imaginaires faisaient leur apparition, des écorchures d’un temps qui n’a plus court, des sédiments d’une époque disparue, les écailles d’une enfance en sourdine mais qui n’en finit pas de surgir des décombres par surprise et de tarauder nos jours. murmure d’un mur sous la chimie de la décomposition, méli-mélo d’images noyées en un tas de gravats, souvenirs reconstruits, légendes de l’enfance.  repartir avec la trace d'un sourire.

*René Char

Enregistrer un commentaire