J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

vendredi 13 octobre 2017

Hodie, écorce



écorce palimpseste où se lisent les fragments tissés de la mémoire, les bégaiements des jours enfuis ou jetés avec les morceaux d’ardoise brisée . déchiffrer l'arc-en-ciel des connivences, lire dans l'aura de l'écorce, suivre le fil retors de la phrase qui n'en finit pas de s'enrouler sur elle-même, cerner le motif et laisser libre cours au courant d'air, s'accorder au tempo de la voix qui murmure. il reste à décoder les présages inscrits, caresser le relief des caractères de cette langue qui hausse l’esprit vers l’étonnement, mots cailloux que l’on serre entre ses doigts lorsque la faim du monde tenaille.

Enregistrer un commentaire