J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

lundi 28 janvier 2008

Météore


L'absence qui me tient lieu de souffle recommence à

tomber sur les papiers comme de la neige. La nuit
apparaît. J'écris aussi loin que possible de moi.
André Du Bouchet

2 commentaires:

Nanie a dit…

Chandeleur, une petite lumière qui remonte à l'enfance...d'aussi loin qu'elle nous revienne et qu'elle tienne ta main pour qu'elle soit un passage...
Fragilité et force, beauté transparente, tes mots sont le paravent de ta souffrance.

Laura a dit…

Les mots de mes compagnons d'écriture me sont comme une ouate.