J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mardi 28 octobre 2008

un an



Un an déjà.
Et toujours l'envie des mots.
Et que cela résonne en celui ou celle qui le lit.
Pour cet anniversaire, quelques petites phrases piochées dans les Carnets d'André Du Bouchet, (que l'on peut voir sur la photo).
Des mots essentiels.
De grands remerciements aussi à tous ceux qui , d'une manière ou d'une autre, ont fait écho à ce qu'ils ont trouvé ici.

Je veux aller jusqu'au
bout de chaque mot
ouvrir son ciel
le ciel où finit sa racine


je suis plus loin de moi que de l'horizon


...j'ai ramassé
un éclat
d'horizon
bleu
et coupant


je ne suis moi-même qu'un seuil
par lequel je passe



...connaître ma limite
pour passer de l'autre côté



je cherche
le socle
de quelques
mots banals
la main où ils tiennent



Je vais raclant la terre avec mon carnet



mon poème court sans cesse
en avant de moi
comme si l'extrémité de l'air
avait pris feu



....j'avance dans la transparence
de ma disparition




....j'ai fait rentrer
le jour
dans la terre
et de ce jour
j'ai fait ma terre




ce qui, d'un mot
à l'autre demeure ouvert,
à l'autre n'est pas forcément toujours allé




Nous nous sommes heurtés à la beauté terrestre,
- heurtés, perdus en elle.
...j'ai rompu l'étendue comme du pain




...m'engouffrant
dans ce qui me sépare
de toi
je ne serai plus que l'épaisseur
l 'étendue blanche




Un chemin, comme un torrent sans souffle. Je prête mon souffle aux pierres.
J'avance avec de l'ombre sur les épaules.

8 commentaires:

estourelle a dit…

D'une ombre à une autre ombre...(je suis retournée à l'ombre du 29 octobre 2007)...
Continue à "jouer" avec l'ombre et la lumière des mots!

françoise a dit…

Bonjour, ce n'est pas un commentaire...simplement je suis Françoise qui "anime" le site Lieux-dits...Je viens de découvrir votre blog, je m'y sens en concordance, alors je vais m'empresser de faire un lien. Il sera dans "Lieux-sûrs" de la rubrique "ouvre la fenêtre"
Amitiés
Françoise

Laura a dit…

Estourelle, merci pour l'amitié vive

Françoise, merci pour le cadeau! J'apprécie beaucoup Lieux-dits pour sa matière (dans tous les sens du terme) et j'invite les quelques lecteurs qui viennent ici à vous lire (voir lien dans la rubrique du même nom...)

den a dit…

Merci Laura, merci pour tous les mots que tu nous donnes à voir et à savourer...merci pour tout ce qu'ils évoquent, poésie de la vie, doute et foi. depuis longtemps tu portes ces mots en toi. ils ont muris et aujourd'hui nous les cueillons avec toi. la source qui les inspire et les murmure s'écoule et bruit à nos oreilles, délicieuse musique. elle nous désaltère, elle est bonne. elle poursuivra son cours jusqu'à la mer...

Laura a dit…

Den: c'est beau et c'est gentil, ce que tu écris; cela me touche beaucoup.Je prends beaucoup de plaisir à venir écrire dans ce jardin. Ce que j'aimerais c'est que d'autres cultivent aussi leur jardin....

françoise a dit…

ne vous tracassez pas Laura, il existe des friches magnifiques!
amitiés

Laura a dit…

En ce qui concerne les friches, j'ai de l'expérience, il suffit de venir dans mon jardin - le vrai -!

den a dit…

oui!!! c'est vrai!!!tu vas donc trouver plein d'inspirations dans ton jardin, le vrai! la bruyère y respire quand même j'espère...