J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mercredi 4 février 2009

Mur



on détourne
le regard
mais la photographie
est toujours là

c'est comme un mur
la paroi
est devant
l'horizon derrière

on guette
l'interstice
où faufiler
les yeux

2 commentaires:

laura a dit…

Laura, tu as bien du talent...

Pierre-Louis a dit…

Joli muret, joli poème.