J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mardi 24 novembre 2009

écrire





écrire
comme on écorce 
de petits rameaux
pénétrant jusqu'à 
la douceur
qui palpite
dans ce blanc laiteux


écrire
en apnée
en écartant les chairs
entre ses mots
et ces mots


puis laisser
les ombres osciller
dans ce creux
et se dresser 
le texte

3 commentaires:

Gosia a dit…

Joli. J'aime écrire aussi :)

balaline a dit…

Douceur et douleur pour oser dire et parfois s'y noyer ...

goodeda1122 a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.