J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mardi 2 mars 2010

Le coeur cousu

 

Il arrive qu’on interrompe une promenade, oubliant même ce vers quoi l’on marchait, pour s’arrêter sur le bord de la route et se laisser absorber totalement par un détail. Un grain du paysage. Une tache sur la page. Un rien accroche notre regard et nous disperse soudain aux quatre vents, nous brise avant de nous reconstruire un peu. Alors la promenade se poursuit, le temps reprend son cours. Mais quelque chose est arrivé. Un papillon nous ébranle, nous fait chanceler, puis il repart. Peut-être emporte-t-il dans son vol une infime partie de nous, notre long regard posé sur ses ailes déployées. Alors, à la fois plus lourds et plus légers, nous reprenons notre chemin.

Carole Martinez “Le coeur cousu” '( Gallimard 2007)

2 commentaires:

Estourelle a dit…

Bon sang ça fait plaisir de retrouver ce bouquin! il faut que je le relise!!

Laura a dit…

Je te le prête quand tu veux!!!