J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

vendredi 23 juillet 2010

Regard 24

Le soleil baigne la périphérie du trapèze de verdure qui requiert mon attention, bien protégé par les arbres et buissons. L'humidité des pluies d'hier rafraîchit encore mousse et terre. Rien ne bouge. Le regard s'épaule sur cette ombre, sur ce territoire de silence, dont le fruit est une forme de rosée qui coule entre mes doigts. L'infusion de paix ainsi récoltée élève le regard entre brins de renouveau et cime du sapin bleu où brillent les fils de soie d'une toile d'araignée.

coutres d'ombres
les mots s'élèvent
du seul silence

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Toujours très doux ces regards. Une précision qui donne l'illusion d'être proche...
Deux erreurs d'orthographe :

L'humidité des pluies d'hier rafraîchissent (c'est l'humidité qui rafraîchit)

L'infusion de paix ainsi récoltée élèvent (c'est l'infusion qui élève)

Normalement, je ne les signale pas, mais là... Mille excuses !

agnès

Laura a dit…

A vouloir poser les mots trop vite, on fait des erreurs! Merci de ton regard.