J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

vendredi 13 mai 2011

Regard 60

Pour pallier l'usure du regard, j'inscris un autre écran entre le dehors et le dedans. Cadre dans le cadre, révélant ce qui, caché entre les lignes, est à jamais tatoué sur ma pupille. Palimpseste où émergent les couleurs d'un matin, l'ambiguïté d'une réalité que les livres mystifient et qui se révèle dans la photo, reflet impitoyable de cette lumière que l'on voudrait toucher, articuler au coeur des mots. Fixer cette représentation, derrière le cadre de l'appareil photo, derrière la vitre que le soleil éclaire, derrière ce qu'il reste de soi. C'est la lumière qui fait tout le travail. Un texte nait essoré par le flux de lumière. Il suffit juste de lire le fragment découpé.


3 commentaires:

brigetoun a dit…

bonne renaissance

brigetoun a dit…

pour le billet perdu, vous avez été vérifier sur le tableau de bord ? en ai récupéré un ainsi, et une amie à laquelle l'ai signalé aussi

Laura a dit…

Merci: hier il n'y était plus et le voilà de retour!