J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mercredi 20 juillet 2011

La vieille au buisson de roses


Et, là, soudain: juste en face, à l'angle d'un carrefour, dans une cour cerclée de grilles: l'éblouissement de ce magnolia fleuri.
Le parfum, cantonné par la faiblesse du vent, concentré à l'extrême dans un faible périmètre, a quelque chose d'énorme.
L'arbre, colossal, est dépourvu de feuilles - des fleurs épaisses à même les branches, et blanches, pour une espèce de résonance: comme si les mots, jusque dans leur substance, englobaient la continuité de la tige et du pétale ainsi que leur métamorphose.
Un cerveau.
C'est l'image qui s'impose, d'elle-même, immédiatement, bousculant le réel, le faisant chavirer du côté de la fiction, prenant sa place. La métaphore à plein regards, soudaine. Révélation. Rapt.
Un cerveau, l'arbre. L'arbre - cet arbre - est un cerveau.
Ca pense et transforme. Visiblement çà pense et transforme.
Il éprouve cette incroyable odeur de mots. Condensée, massée juste à cet endroit comme un ressort bandé, prêt à jaillir, se propulser vers la ville. Il se tient au milieu de cette tension, de cette puissance cripée comme un poing.
Le paragraphe venu du ciel, les phylactères à hauteur de façade - et l'écoulement progressif de la parole dans la terre. La parole devenue terre. Des réminiscences bibliques. Genèse. In principio erat Verbum et Verbum erat apud Deum et Deus erat Verbum. Blanc. Le verbe.


Lionel-Edouard Martin "La vieille au buisson de roses" (Le Vampire actif octobre 2010)
(Sur le site de l'éditeur, un résumé du livre et des liens vers des chroniques ou dialogue avec l'auteur)

5 commentaires:

maria-d a dit…

Magnifique ... je prends.

"Au commencement était le Verbe,
et le Verbe était auprès de Dieu, et le verbe était Dieu."

Estourelle a dit…

J'aime bien "cet incroyable odeur de mots" c'est ce qu'on ressent parfois devant une image d'arbre ou de fleur et qui propulse d'autres images et d'autres mots et le parfum qui entre dans les mots!...

Karine a dit…

Merci Laura de donner à lire un passage de ce magnifique texte que ma petite maison d'édition a eu la fierté et l'honneur de publier. Lionel-Édouard Martin est un grand écrivain qui mérite amplement d'être lu (je vous invite à découvrir d'autres de ses textes, chez d'autres éditeurs : tout est d'égale tenue que l'on soit dans la prose ou bien la poésie pure...)
Pour votre information, nous publions un autre ouvrage de LEM en octobre prochain intitulé "Brueghel en mes domaines" qui réunit un ensemble de 140 proses poétiques courtes absolument magistrales...
Bien à vous.

Laura a dit…

Ce livre m'a été offert par mon fils - il me connait bien - et j'ai été emportée par cette écriture. Je vais bien sûr rechercher d'autres titres de cet auteur, et j'attends avec impatience celui à paraître!

Marc Villemain a dit…

Bonjour,

La Vieille, livre évidemment magnifique.

J'ai plaisir à vous signaler la sortie, il y a trois jours, du nouveau roman de Lionel-Edouard Martin, "Anaïs ou les Gravières".

Voici un lien vers la page Facebook dédiée au livre : https://www.facebook.com/pages/Ana%C3%AFs-ou-les-Gravi%C3%A8res-LIONEL-EDOUARD-MARTIN/252852428117469

Et un autre qui renvoie aux éditions du Sonneur : http://www.editionsdusonneur.com/produit.php?ref=LEM-Anais&id_rubrique=7

Bien à vous,
Marc Villemain