J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

vendredi 23 septembre 2011

Armen 4

Les mots trop brillants abîment tout le travail. Et parfois des mots sans éclat, lorsqu'on les réunit, voilà qu'ils brillent ensemble. Est-ce qu'il le faut? Je ne crois pas. Je ne sais pas encore. Je suis trop vite séduit pour ne pas me méfier. Mais si avare! Il faut du temps pour qu'un mot vienne sur le pont. Il en faut encore bien plus pour se résoudre à en rejeter un par-dessus bord.

Jean-Pierre Abraham "Armen"

2 commentaires:

Veronica a dit…

Comme c'est juste !

maia a dit…

et combien de calmes et de tempêtes affrontent le navire "porteur de mots". Reste au fil du compte, ces récits de voyages.
Je vous embrasse
Maia