J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mardi 4 octobre 2011

Mais qui lira le dernier poème ?

C’est de l’absence que les mots viennent
au bord des lèvres

Pour tenter de contenir le temps
et ses paroles de fou

Dans l’éclat du langage

C’est de l’absence
que le chant épaissit les mains
et soulève les pas

Pour mieux avancer
des mots cachés au fond des yeux

Que la pluie traverse avec ses langues

Que le soleil pique de ses bâtons

Les mots emportent avec nous
nos valises de regrets


Eric Dubois "Mais qui lira le dernier poème ?" (Editions Publie.net )

4 commentaires:

Veronica a dit…

Que la pluie traverse avec ses langues

Que le soleil pique de ses bâtons

Comme j'apprécie ses deux vers !

brigetoun a dit…

la poésie tranquille

mémoire du silence a dit…

Ô ! sérénité... !

maia a dit…

C’est de l’absence que les mots viennent au bord des lèvres.
Comme c'est vrai et pourtant, parfois l'absence est si acérée qu'elle impose son propre silence.
Merci pour tous ces beaux textes.
Belle journée
Maia