J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

dimanche 8 avril 2012

Thoronet

Un billet tout spécialement dédié à Brigetoun!
voici quelques vues prises, il y a quelques jours , au Thoronet, la soeur de Silvacane et de Sénanque....





























La pluie a pénétré nos habits, le gel a durci le lourd tissu de nos coules, figé nos barbes, raidi nos membres. La boue a maculé nos mains, nos pieds et nos visages, le vent nous a recouverts de sable. Le mouvement de la marche ne balance plus les plis glacés sur nos corps décharnés. Emportés dans le crépuscule blafard d'un hiver de mistral, précédés de nos ombres démesurées, nous apparaissons tels trois saints de pierre. Nous marchons depuis des semaines. Par la vallée du Rhône nous atteignons Avignon, puis Notre-Dame de Florielle dans le diocèse de Fréjus, sur les terres de mon cousin Raymond Bérenger, comte de Barcelone. En ce cinq mars onze cent soixante et un, trentième année de mon arrivée à Citeaux, je suis chargé à nouveau de construire un monastère, j'en ai reçu l'ordre de notre abbé.
C'est aujourd'hui après quatre heures de marche que nous sommes arrivés au Thoronet, forêt sereine et grave, verte vallée, étroite et peu profonde, traversée par un ruisseau dont le cours, au lieu-dit, va vers le levant.

 début du récit de:
Fernand Pouillon "Les pierres sauvages"


3 commentaires:

brigetoun a dit…

Merci !

Patrick Lucas a dit…

belle austérité

Lin a dit…

un lieu magique, serein et le texte de Pouillon très prenant, beau, on ne peu trouver de mot.