J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mardi 8 janvier 2013

manque

Hors des limites de temps et de lieu, se langer de langue. Déboîter la tête et s'égarer dans les méandres des mots. Les tendre et les serrer, prêts à craquer. Rester au ras de la terre et creuser le cratère du manque. Travailler les gris et la rouille . Resurgira , peut-être, ce quelque chose que l'on attend.

 

2 commentaires:

Estourelle a dit…

La poésie se nourrit de l'aridité des chemins secs
attendre et marcher
à pas lents
alors
peut être
...

Marie de Vallonpierre a dit…

méandres aspirants de ta langue
cratères labyrinthes de ta tête
Tendresse du lange
Sol Ange