J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

jeudi 12 décembre 2013

presque rien




On sent la lumière du jour qui s'en va . Lentement la vision s'efface et l'on reste le cœur battant derrière le filet de silence qui retient le temps d'avant. Une ombre oblique recouvre l'absence , une cloche égrène une langue d'oubli remuant quelques bribes de vie. On reste, le froid au bout des doigts, à chercher ce presque rien que personne ne voit.

7 commentaires:

brigitte celerier a dit…

perfection

mémoire du silence a dit…

L'essentiel.
magnifique
merci

Patrick Lucas a dit…

un presque tout
dans presque rien

Patrick Lucas a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Patrick Lucas a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Patrick Lucas a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
MARTY a dit…

c'est de toute beauté, les images et les mots !