J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

lundi 3 février 2014

voir


mettre dans le voir
les tessons de hasard
comme une étoffe de soie
dans le buisson de l'oeil

                              mettre dans l'écrire 
                              la brûlure de l'émoi
                              juste avant le mot
                              où se hausse le cri

                                                   mettre dans l'ouvrir
                                                   l'invitation à être
 
 

 

4 commentaires:

mémoire du silence a dit…

cette invitation qui ouvre sans compter

beau
merci

MARTY a dit…

tes mots sont de la soie pure et les images une caresse
très beau

Patrick Lucas a dit…

superbe et juste !

re chab a dit…

Les murs de Maguelone
gardent à l'intérieur,
un espace qui résonne
de fleurs de méditation.

Quelques ouvertures
dans l'épaisseur des murs
font comme des tableaux,
où le paysage reste flou :

Des ondes , dans l'épaisseur du verre,
en couleurs de miel
dessinent autant qu'elles déforment
l'extérieur, en formes fantomatiques,

- juste une allusion
offerte à l'oeil
comme à l'esprit
vagabondant dans l'être .

-
RC - oct 2017