J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mardi 18 mars 2014

au bord des mots

à fleur de peau tout se tait. debout sur le seuil, patiente. les yeux clos, espère la pluie de mots. du bout des doigts effleure les pages de pierre, là où cela se fonde. le lamento des mots manque. à l'envers articule pour sentir les tenons des mots. creuse les sillons d'autres langues pour dénicher des sèves nouvelles. fixant les campaniles, rêve de brins d'herbe. reste sur le rebord de l'ombre, dans un corps aux lettres en creux.

1 commentaire:

MARTY a dit…

les mots s'égarent parfois