J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mercredi 12 novembre 2014

vertige




des images ou des mots qui, en un tremblement, se redessinent au dedans et récitent un réel fantasmé prêt à déchirer les ténèbres. dans le creux érodé des jours, une offrande caresse le territoire muet et se resserre jusqu'à l'abandon. laisser les mots nous nommer dans cette lumière.

3 commentaires:

Patrick Lucas a dit…

... que la nuit sait taire

MARTY a dit…

trouver dans la pénombre le vertige des mots de lumière

mémoire du silence a dit…

Un vertige eucharistique