J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

samedi 27 décembre 2014

divagation

une porte s 'ouvre
dans le gris je devine
le noir d’un matin sans passion

à voix basse les ombres
et les questions des vivants
glissent sur la vitre

au loin
nos mers inséparables...

3 commentaires:

Patrick Lucas a dit…

... ouvrent le vent
échouées carcasses d'Ėole
ventres ouverts
abandonnėes

MARTY a dit…

les ombres passent dans l'obscurité
en laissant sur les vitres le souffle
des mots chuchotés

Bifane a dit…

Enfermé en soi, où l'on descend parfois, silencieux de savoir ce qui dort dans le noir, infiniment planté dans l'instant d'en souffrir, et pourtant si loin, parmi les fantômes anciens, si loin sur ce même chemin...

Mes meilleurs vœux Laura-Solange pour la nouvelle année.