J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

dimanche 18 janvier 2015

créer





tramé des éclats qui nous ont déchirés, à bout de souffle devant l'absurdité, on écrira encore le froid incrusté dans nos paumes et le visage défiguré, on écrira encore . pour ne pas être enveloppé de nuit , on creusera encore les sillons de la langue  .

2 commentaires:

MARTY a dit…

les mots sont comme un baume
sur les douleurs qui font
craquer le monde

Patrick Lucas a dit…

nous iront là où nous mènent les mots
sans peur et sans reproche..!