J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mardi 20 janvier 2015

être à côté

dans son intérieur
avec un bleu si doux
vivant sur la page blanche
happée par ce magma rouge
la langue se cabre 
au creux des ventres
rosée sauvage et 
eau désaccordée

3 commentaires:

Ange-gabrielle a dit…

Ton texte me fait penser au très beau film "Eau argentée : Syrie auto-portrait"

Patrick Lucas a dit…

comme un bleu dilué
entre les lignes

MARTY a dit…

le blanc et le bleu
un ruisseau
libre