J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mardi 28 avril 2015

un autre jour est là

on dessine sur le sable un cercle
où s'arrondir sans réfléchir
les bras lourds de se tendre encore
c’est donc ainsi que le deuil se dessine

cet élan silencieux engrange la couleur 
j'aime offrir au vent mon usure

Cette rubrique Détourtweets comme une deuxième vie pour des messages récoltés çà et là... (merci au compte tweeter de Brigetoun !)

1 commentaire:

brigitte celerier a dit…

mon usure est sortie brisée de sa rencontre avec le vent
(sourire, mais j'aime ce poème)