J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

samedi 2 mai 2015

Colleoni

 
tenter de transférer l'illusion ressentie et effleurer le fond obscur, la part d'ombre que l'on piège dans le hasard des eaux. creuser l'image, en une cavatine qui se vrille puis éclate en multiples désirs dans une réalité que l'on croit enlacer. tournoyer , virevolter, se noyer dans ce qui a nom venise.

1 commentaire:

brigitte celerier a dit…

mais le Colleone sur sa place, devant la dentelle de l'église, surnage dans les mémoires