J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mercredi 18 novembre 2015

cadrage


Je regarde par le biais de l'appareil photo et réinvente un peu ce qui est devant mes yeux. Ce n'est pas le ruisseau ou la rivière qui m'intéresse mais  le miroir de l'eau , ce qu'il donne à méditer, m'incite à recréer, à voir de l'envers du monde. Le tableau  se donne, crée un point de rencontre en une infinité de possibles et élargit l'univers.
 

2 commentaires:

Mariepierre Redon a dit…

c'est ça. une fois que l'on a pris l'habitude de l'oeil qui cadre, qui regarde entre, en dessous, à travers, au-delà. l'envers des feuilles, l'espace entre elles, et les reflets des arbres dans l'eau qui aspirent encore plus que leur ramure dans le ciel, ou donne envie de s'y replonger en ascendance.

MARTY a dit…

savoir regarder est un vrai luxe et un bonheur de chaque instant !