J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

samedi 4 mars 2017

brouillon




à chaque pas
accorder les  lumières
au souffle qui dénude

les yeux ébouriffés
lentement recomposer
l'alléluia de l'instant

la langue crisse ainsi
sur l'écran du matin
incertain     un poème
Enregistrer un commentaire