J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

dimanche 29 octobre 2017

10 ans

 Le 29 octobre 2007 , j'ai posé mon premier texte sur ce blog ( ci-dessous). 10 ans plus tard , je constate que 1526 textes ont été publiés et que j'ai toujours autant de plaisir à partager ce que j'écris, mes photos, ainsi que mes coups de cœur de lectrice. N'aimant pas les chiffres, je n'en donnerai pas davantage! J'ai quelques lecteurs fidèles ou occasionnels et je les remercie avec effusion de prendre le temps de lire et de déposer parfois un commentaire ou leur propres mots en écho: l'élan pour poursuivre se tient aussi dans cet échange.
Quelques mots de Pierre Cendors issus de " L'invisible dehors" disent aussi un peu de ce qui irrigue mes mots:
J'aime marcher avant d'écrire.
Le silence d'un paysage secrète une parole propice à la respiration de l'être.
Les fragments qui composent ce livre sont nés ainsi: dans le double mouvement divaguant d'un voyage et d'une quête concrète de vision poétique. De même que l'absence est prégnance, les blancs liants entre eux chaque paragraphe, signifient autant que l'encre imprimée.
Et juste avant dans ce même livre: Dans tout voyage, il importe, au passage, de saluer les ombres. Cela relie à l'exergue de ce blog Jardin d'ombres , d'André du Bouchet:  
J'avance, avec de l'ombre sur les épaules .


lumineuse obscurité
où sont enracinés les mots
ce dedans
d'où surgit une parole
de ténèbre

en suspens
sur la page
l'ombre
bienveillante inépuisable
qui précède
et délivre les mots
du silence

aux aguets
ils franchissent le seuil
et l'horizon
s'échappe


(La photo est celle d'un fragment de tableau de Héri. )
Enregistrer un commentaire