J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mercredi 9 mai 2018

Hodie

carte de l'imaginaire, fruit d'une lumière qui ne dévoile pas l'énigme mais la suscite , en laissant le regard se perdre dans des tons plus dorés, plus chauds où il ferait bon rester à rêver , oublier , aller, venir et changer de sens, plonger dans un au-delà sans aucun doute illusoire, mais riche d’inconnu où le réel s’évanouit, un peu comme on regarde par delà une fenêtre et que l’on semble avoir vue sur l’éternité à laquelle il ne faudrait pas toucher , simplement l’effleurer d’un iris bleu, et juste l'ombre nécessaire pour ne pas savoir plus qu'il ne faudrait
Enregistrer un commentaire