J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

vendredi 29 août 2008

Marcher


Souvent je prends le prétexte d'une promenade dans les vignes pour marcher aussi longtemps que le fil noué de ma pensée en a besoin. Marcher longtemps permet aux pensées de ne plus s'enrouler sur elles-mêmes, de se fixer, par je ne sais quel mystère d'écriture sans encre. Comme si marcher c'était écrire. Comme si mes pas imprimaient les mots quelque part, mais où, je ne sais pas, pas dans la terre des vignes, mais dans une matière invisible autour de moi, étrangement solidaire de ma mémoire. Un dedans qui se met dehors. Je marche, le vent d'automne remue les rosiers au bout des rangées, je pose mes pensées, elles ne se rembobinent plus, elles sont écrites, inscrites, je me souviens d'elles. Aller et venir dans ces rangées de ceps, changer de lignes et de couleurs, d'un côté vers l'ouest, et retour à l'est, soleil en face, soleil derrière , et je me retourne, comme les nageurs font leurs longueurs, après avoir fait le tour des rosiers tiédis par le vent.


Emmanuelle Pagano "Les mains gamines"(POL août 2008)

2 commentaires:

den a dit…

c'est tellement vrai...donc...j'écris beaucoup...dans ma tête,avec mes pieds...un jour ça s'écrira!...

Laura a dit…

Fais des réserves de stylos et de papiers pour le jour où...!!!