J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

dimanche 27 mars 2011

mélancolie

écoutant 
l'entre-deux d'un silence
toujours plus grand
les mots tombés de l'oubli s'écrivent

une douce mélancolie
affleure
entre peau et crayon

délivrés, des visages
grignotent la page
vibrent sous la force des mots

derrière la vitre
dans cet au-delà du jour
un ciel se froisse
dans un souffle

4 commentaires:

Marie, Pierre a dit…

je reviens par soubresauts regarder où en est ton jardin. je fais des oh et des ah, toute sortes de ronds de yeux, tout y est fort et concentré et frais et coloré et rugueux, comme l'huile essentielle de menthe que je viens de me ponctualiser sur le front, et comme elle, il dilue le clou, et réduit, si ce n'est passer, le mal au coeur.

agnès a dit…

Douce nostalgie... Je me noie dans le silence en ces jours. Parfois les mots s'écrivent, parfois ils se rebiffent.

Une pensée...

agnès

Laura a dit…

Vos passages me sont toujours doux!

maria-d a dit…

"Entre peau et crayon" douce et belle sensualité de la mélancolie.

j'aime cette image

merci pour vos mots