J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

dimanche 29 mars 2015

au verso du verre


ce serait un jardin oublié dans le puits des songes où les yeux, défigurés jusqu'au vertige, plongent dans cette vie au verso du verre. d'où souffle un air empli de parfums de menthe et de fruits acidulés, porté par un murmure de voix égarées que l'on cherche à retenir. d'où l'inévitable désir de rester un peu.

(photos prises à l'hotel-dieu au Puy-en-Velay à l'expo off de la biennale du design)

1 commentaire:

MARTY a dit…

des songes acidulés et des murmures