J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

mercredi 20 mai 2015

quelque part à l’intérieur du jour

on ne s’habitue pas
à ce qui se dit sous terre
à ces cendres s'apprêtant à tomber  

on ne s’habitue pas
à cet instant où le jour ne nous retient plus
aux limites d’une vie qui emplissait l' agenda

au sortir des nuits
il y a cette exigence
à lutter avec des riens contre le Rien

2 commentaires:

MARTY a dit…

suivre le fil de l'existence
en prenant soin de ne pas
trop tirer dessus sans penser
à l'impensable Rien

Patrick Lucas a dit…

et au milieu le vide
royaume du rien