J'avance, avec de l'ombre sur les épaules. ( André Du Bouchet)

dimanche 11 juin 2017

L'hirondelle rouge

Sur la terre comme au ciel, j'ai suivi quantité de routes. J'ai vécu par ciel bleu, par temps gris. Dans la tristesse et l'insouciance, j'ai porté mon poids de chagrin. Je me suis approché d'autres vies. mais en dépit de mains prises et d'habits froissés, elles sont restées fermées sur leur secret. Quelqu'un se cache dans le corps nu, quelqu'un qui se relève la nuit pour battre la campagne. Quelqu'un qui a soif, ne dort pas, ne s'habitue pas, et que nul ne rejoint jamais.

Il ne fut pas simple d'aimer. Pas simple de faire taire en nous le bavardage des ombres. Toutes nos paroles n'y pouvaient rien. Chacun veut des mots qui délivrent. Chacun attend qu'on lui pardonne. Chacun porte sa nuit dans les poumons et dans la gorge. Chacun guette la fin du voyage en trainant sa valise vers des chambres d'hôtel. Et quand à bout de force il s'endort seul au milieu des rires et des rêves des autres, il entend battre son cœur noir. 

Jean-Michel Maulpoix " L'hirondelle rouge" ( Mercure de France 2017)

Aucun commentaire: